pajusco hortes orgue arts-et-loisirs
Montlandon curés
Montlandon curés
Accueil Hortes Arts Loisirs
Plan du site Hortes.fr
Montlandon historique Claude Pajusco
Montlandon maires Claude Pajusco
Montlandon curés
Montlandon église Claude Pajusco
Montlandon jumelage Claude Pajusco
Montlandon infos pratiques Claude Pajusco
Montlandon, photos d'hier et d'aujourd''hui

Association Arts et Loisirs en Haute-Amance

1, place Virey  52600 Hortes

  

  

Retour accueil

Plan du site

Montlandon

Historique

Ses maires

Ses curés

Son église

Jumelage

Infos pratiques

Photos d'hier et d'aujourd'hui



                        Les curés de Montlandon   *







     

          Il faut remarquer que Montlandon fait apparaître une liste impressionnante de prêtres au service de cette paroisse. Une rivalité d'intérêts notoire est à souligner pour la possession des bénéfices ecclésiastiques et ceci principalement au XVIème siècle.

Entre le chapitre de la cathédrale de Langres et la seigneurie de Montlandon, il y avait une importante masse de revenus financiers.

      Le clergé devenait propriétaire de nombreux terrains au village. Hugues II, qui fut le sixième abbé de Beaulieu de 1201 à 1204, possédait des biens sur le territoire de la commune, qu'il céda au chapitre de Langres.

      En retour, le clergé, à plusieurs reprises, en fut reconnaissant.

- Foulques (Fulco), vers 1200. Ce fut le plus ancien des prêtres cités. Il fonda son anniversaire le 27 décembre à St-Mammès.

- Hurric (Hurricus), vers 1250. Comme le précédent, ce sont les archives de St-Mammès qui en font mention. Il fonda son anniversaire le 4 janvier.

- Henri (Henricus), peut-être le même que le précédent, en 1258. Il fut exécuteur testamentaire d'Etienne de Montlandon, chanoine de Langres.

- Ferry ou Frédéric (Ferricus, Fredericus), chapelain du cloître de Langres, fut curé vers 1300. Ce curé fut privé durant quelque temps des revenus de sa chapelle du cloître par les chanoines de St-Mammès, en punition d'une faute qu'il avait commise.

- Falcon (Falco), curé en 1340. C'est lui qui fonda la chapelle St-Nicolas à l'église Montlandon.

- Simon, dit Apostolet fut curé en 1377 où il mourut.

- André Gaidon (ou Gardon) naquit à Langres. Il fut curé en 1379.

- Jean Chaudy (ou Chaudin) fut chanoine à Langres. Il fut curé en 1405 et 1411.

- Simon de la Barre, prêtre en 1413.

- Jean de l'Isle fut chanoine à Langres. Il fut curé en 1427.

- Jean Joard (ou Jouard) fut également chanoine à Langres. On peut constater un lien étroit avec le chapitre de Langres, et ceci, pendant encore de nombreuses années. Jean Joard sera curé en 1432.

- Jacques Colinet, en 1447 et jusqu'en 1462 où il mourut. Il sera aussi chapelain de Langres et de Celsoy.

- Jean Biget, en 1462 et 1478.

- Gérard Hémery, en 1483 et jusqu'en 1521 où il mourut. Il obtint du chapitre de Langres, en 1486, trois journaux de terre attenant à la cure. (un journal représentant la quantité de terrain qu'un homme pouvait labourer en une journée).

- Jean Revoignet, en 1492.

- Nicolas Contet fut chanoine à Langres. Il fut desservant en 1533. Il desservit aussi la chapelle de Celsoy.

- Pierre Goysel (ou Grisel), en 1552 et jusqu'en 1567 où il mourut sans testament. Son héritage revint à l'évêque et aux chanoines de St-Mammès.

- Jean Cavanyhac, chanoine à Langres, ex-curé de Bèze, fut curé en 1567. Il fut aussi curé de Ravennefontaines.

- Claude Demongeot fut curé de 1567 à 1568 où il mourut. Il fut chanoine à Langres.

- Thomas Pitoys, ex-curé d'Aubepierre, fut curé de Montlandon en 1567. Il fut chanoine à Langres. Il sera curé de Veuxaulles.

- Jean Logerot, ex-curé de Consigny, fut curé en 1567.

- Nicolas Ribert, en 1567.

- Nicolas Jehannot,ex-curé de Rosoy, fut curé de Montlandon en 1567. Il a été chanoine puis curé à Langres.

- Claude Fourel, ex-curé de Sainte-Marie-sur-Ouche, fut curé en 1567. Il sera plus tard, curé de Chalindrey.

- Guillaume Viennoys, vicaire en 1567 et en 1570. Ex- vicaire de Lecey, il sera curé de Pressigny et de Flagey.

- Didier yenveux, de 1568 à 1570. Il sera chapelain à l'église St-Martin de Langres.

- Nicolas Girard, vicaire en 1568. Il fut curé de Perrancey.

- Pierre de Mandreville, chanoine de Langres, fut curé en 1572, où il mourut.

- Claude Tisserot naquit à Prauthoy. Il fut curé en 1572.

- Pierre Moinger naquit à Mouilleron. Il fut curé en 1572.

- Nicolas Berthier, en 1573, où il mourut.

- Nicolas Ribert, en 1573.

- Lambert Appollot, ex-curé de Gilley, curé en 1573. Il sera curé d'Autreville.

- Nicolas Chouet, curé en 1573, ex-curé de Perrancey, sera ensuite curé de Sarrey. Il aura Siméon Dauvet comme vicaire.

- Claude Fourel fut curé en 1574.

- Jean Tabourot, ex-curé de St-Jean de Dijon, curé de 1574 à 1595, où il mourut. Il était chanoine-chantre à St-Mammès. Il fut curé de Merrey-les-Choiseul puis de Cohons.

- Jean Simonin, ex-vicaire de Villars-en-Azois, vicaire en 1575.

- Claude Gillot, en 1595 et 1623. Il fut chanoine de Langres et curé de Cohons.

- Didier Gillot, ex-curé de Villegusien, il desservit Montlandon de 1632 à 1643 où il mourut.

- Pierre Gauthier, chanoine à Langres, docteur en droit canon, fut curé en 1643. Il sera curé de Rançonnières.

- Perrin, en 1669 et 1679.

- Etienne Gillot, en 1679, où il mourut. Il était vicaire de Poiseul.

- Nicolas Parisot, de 1679 à 1689. C'était, rapporte l'Abbé Roussel, un ecclésiastique d'un naturel violent et emporté.

- Mammès Parisot, ex-curé de Bourguignon-les-Morey, curé de 1689 à 1711 où il mourut vers 1715.

- Antoine Roy, curé de 1711 à 1741. Il était vicaire à Courcelles-en-Montagne. Il décéda vers 1743.

- Alexis Peigney, de 1741 à 1762, où il mourut à l'âge de 55 ans. Il était le frère de Jean-Claude Peigney, chanoine à Langres. Il était vicaire à Noidant-Chatenoy.

- Gaspard Alliet naquit à Bourguignon-les-Morey. Il fut desservant en 1762. Il sera vicaire à Laneuvelle.

- Nicolas Mammès Regnard, de 1762 à 1776, où il mourut. Il était curé à Charmes-les-Langres.

- Joseph Proquot, ex-chanoine de Mussy, fut curé de Montlandon de 1776 à 1802. Il fut déporté et fait prisonnier sous la Révolution. Rentré dans sa paroisse après le règne de la Terreur, il exerça, par intervalles, les fonctions du Saint Ministère, notamment en 1797.

- Etienne Martin fut curé de 1791 à 1793 puis officier public de la commune. Il était vicaire à Saint-Broingt-le-Bois. Il fut desservant de Brevoines en 1800.

- Nicolas Caublot naquit à Troischamps vers 1763. Ex-vicaire de Chauffourt, il sera d'abord vicaire de Montlandon. Il fut fidèle et déporté sous la Révolution puis curé de 1803 à 1814. Il mourut à la suite d'une agression par des combattants russes de passage dans la région. Pendant six années, il n'y aura pas de curé à Montlandon.

- Claude Minguet, de 1820 à 1827. Il fut ensuite, curé de Choiseul.

- Jean-Baptiste Thomassin, de 1827 à 1830. C'était un homme érudit et hors du commun. Il devint professeur de théologie au grand séminaire de Dijon. Il était avant, curé de Montsaugeon.

- Jean-Baptiste Lamy, curé de Montlandon de 1830 à 1831. Ex-curé de Saint-Maurice, il deviendra ensuite curé de Hortes (voir page 136).

- Pierre Louis Michaut naquit à Changey le 30 mars 1802. Il était l'aîné d'une famille de six enfants, où ses parents avaient acquit la ferme de la Haute-Oreille à quelques pas de Bannes. C'est dans ce lieu qu'il grandit.

Ordonné prêtre à Langres le 12 août 1826, il fut nommé vicaire à Neuilly-L'Evêque et Poiseul en octobre, puis curé de Damrémont le 16 mars 1828. C'est le 18 septembre 1831 qu'il fut nommé curé de Montlandon et de Celsoy.

En 1874, il bénit la grosse cloche. La statue de la Vierge fut édifiée grâce à lui. Ses 47 ans de ministère laissèrent le souvenir

" d'un homme simple, sans affectation et sans détour, qui cachait sous les dehors de la modestie, les vertus les plus pures et les plus solides ".

Il décéda le 21 avril 1878.

- François Jules Villemin naquit le 7 février à Leurville. Ordonné prêtre en juin 1861, il fut nommé vicaire en septembre. Il fut curé d'Arc-en-Barrois du 2 novembre 1861 jusqu'au 23 décembre 1865, où il sera nommé curé d'Aubigny. Curé de Soyers en 1868, ce n'est que le 14 mai 1878 qu'il sera curé de Montlandon. Il bénit les deux petites cloches en 1886.

Il décéda le 29 juillet 1915.

- Pierre Auguste Jacquot naquit à Poulangy le 22 janvier 1851. Il fut ordonné prêtre le 29 juillet 1876.

Professeur au collège de Saint-Dizier de 1875 à 1884, il fut nommé curé de Chatoillenot le 14 juin 1908. Curé de Coiffy-le-Haut en mars 1911, il sera curé de Montlandon le 15 octobre 1916 où il résida. Il décéda le 30 mai 1925. Il fut enterré sur place.

- Boniface Julien Moura naquit en Suisse à Granvillard le 5 septembre 1872.

Ordonné prêtre à Fribourg le 7 juillet 1895, il sera religieux.

Il deviendra prêtre auxiliaire à la cathédrale de Langres en mars 1917. Curé de Rouvres et d'Arbot en décembre 1917, il sera nommé curé de Montlandon le 30 août 1925 où il résidera. Il desservit aussi Celsoy. Il démissionna pour raison de santé le 1er avril 1930. Il rejoindra la Suisse.

- Gabriel Jean Benjamin Andriot naquit à Arc-en-Barrois le 24 juin 1887. Ordonné prêtre le 29 juin 1913, il sera nommé vicaire à Wassy en septembre. Mobilisé de 1914 à 1919, il sera curé de Villars-en-Azois en octobre de cette même année. Il fut curé de Montlandon le 27 juillet 1930. Curé résident, il vit avec sa mère en qualité de servante. Il dessert aussi Celsoy et Saint-Maurice. Nommé curé de Viéville et Vraincourt en juin 1944, il sera nommé curé doyen de Juzennecourt le 13 décembre 1948. Chanoine honoraire en juillet 1953, il se retira à Maranville le 5 octobre 1956. Il décéda le 6 août 1958.

- Louis Achille Harmand naquit à Joinville le 13 avril 1913. Il fut ordonné prêtre le 29 juin 1937. Professeur au petit séminaire de Langres à partir de juillet 1937, il fut nommé curé de Montlandon, où il résida, le 24 juin 1944. Il eut la charge des paroisses de Celsoy, Saint-Maurice et Chatenay-Mâcheron. Il tomba malade et son médecin l'envoya à Paris pour y être hospitalisé. Il y décédera le 10 février 1953, dans sa 40ème année. Il fut enterré sur place, au côté de ses paroissiens.

Ce sera le dernier curé résident.

- Pierre Cler naquit en août 1923 à Villars-Saint-Marcellin (52). Le 29 juin 1948, il fut ordonné prêtre. Son premier apostolat sera pour le village de Corgirnon, de 1948 à 1957. C'est à cette époque qu'il desservit le village de Montlandon, après le décès du Curé Louis Harmand. Il habita ensuite à Montier-en-Der, où il desservit la région de Voillecomte pendant deux ans et le secteur de Louze pendant quatre ans.

En 1963, il fut curé d'Auberive pendant six ans. De 1969 à 1977, il fut curé à Bourbonne-les-Bains où il résida.

En 1977, habitant Chateauvilain, il desservit la région d'Orges et de Maranville. En 1979, il fut curé à Esnoms-au-Val.

Ce n'est qu'en 1991 qu'il se rapprocha de notre région, pour devenir curé de Neuilly-L'Evêque.

- Pierre Paul Jean-Baptiste Courtois naquit le 9 juin 1923 à Chaumont, issu d'une famille de 9 enfants. Après des études au lycée de Chaumont, il entra au grand séminaire d'Aix-en-Provence pour une année puis cinq années au grand séminaire de Langres. Il fut ordonné prêtre par Monseigneur Chiron le 1er juillet 1951.

Le 16 juillet de cette même année, il fut nommé curé de Frettes pour six ans. C'est en octobre 1957 qu'il fut nommé curé de Montlandon où il résida. Il desservit aussi les paroisses de Celsoy, Saint-Maurice, puis Lecey et Chatenay-Vaudin. D'une santé fragile, il sera remplacé de fin 1966 à fin 1967 par l'Abbé Luc Gauthier (voir page 157). Pierre Courtois desservira de nouveau Montlandon de 1967 à 1970. Il rejoindra le secteur de Montigny-le-Roi de 1970 à 1977. Il fera ensuite équipe avec l'Abbé Jeoffroy à Bourmont jusqu'en 1983. En 1983 et pour dix ans, il sera sur le secteur de Fayl-Billot avec l'Abbé Jeoffroy. Hospitalisé à Chaumont en 1993, il passera sa convalescence à la maison de retraite Jean XXIII de Langres. C'est là qu'il prendra sa retraite.

- Joseph Jean Marie Bour naquit à Chalindrey le 2 décembre 1912, issu d'une famille de 8 enfants. Après ses études primaires au Pailly, il fit ses études au petit et au grand séminaire de Langres. Ordonné prêtre le 29 juin 1936, il fut vicaire à Wassy le 18 juillet 1936 puis curé de Neuilly-sur-Suize en 1937. Le 1er octobre 1938, il fut nommé curé de Villiers-le-Sec puis curé de Rolampont le 1er mars 1952. Il desservit les paroisses de Chanoy, Tronchoy, Lannes et Humes. Il devint curé de Marcilly-en-Bassigny où il résida en 1971. C'est là qu'il aura aussi la responsabilité de la paroisse de Montlandon, ainsi que Celles, d'Andilly, Plesnoy, Celsoy et Troischamps.

En 1983, il partit pour la Côte-d'Ivoire, où il fut curé de Saint-Joseph de Daloa. Il est FIDEI DONUM, c'est-à-dire, prêtre volontaire pour partir en mission. Homme très présent dans les mouvements de jeunesse, il est le modèle même du dynamisme. Il fera partager à beaucoup de jeunes et de moins jeunes, sa passion pour les voyages. Les conférences, les retraites, les prédications, il connaît.

Il est l'auteur de nombreux articles dans l'Echo du Val-de-Gris.

- Roger Bournot naquit en 1919. Ordonné prêtre en 1943, il sera vicaire de la Noue à Saint-Dizier. Nommé curé de Dommartin-le-Franc en 1945, il y restera jusqu'en 1957. Curé de Froncles de 1957 à 1973, il intégrera l'équipe sacerdotale de Chalindrey en juillet 1973 au sein de laquelle il sera nommé curé en 1978. Il desservit la paroisse de Montlandon de 1983 à 1993. Il décéda le 2 avril 1993.

- Gilbert Baudier desservit la paroisse à partir de 1993. Il résida à Chalindrey (voir page 142).

- Henry Michel qui réside à Langres.


Le presbytère

      Il se situe entre l'église et la propriété de Bernard Schaltegger. Il a abrité les divers curés résidants. Il fut créé au XVème siècle, alors que Simon de la Barre, curé de l'époque, fit acquisition du terrain afin d'y réaliser sa construction, (une plaque de cheminée porte la date de 1602).

Son architecture sera calquée sur les fermes du voisinage.

En 1486, il est fait mention d'achat de terre attenant au presbytère. Vers 1880, tous ses murs d'entourage furent rénovés.

Le prebytère n'abritant plus de prêtre depuis 1957, la commune, après l'avoir loué à plusieurs reprises, décide de le vendre aux enchères publiques. Roger Renel l'acquiert pour la somme de 150 000 F. Il en fera sa résidence principale.


*(extrait du livre : Des Hommes et leurs Demeures)